Porteur d’eau de Denis Laujol

Les porteurs d’eau sont ces obscurs qui servent leur leader dans les courses cyclistes : ils le protègent, l’amènent à la victoire, leur filent leur vélo quand le leader casse le sien, supportent leurs excès… Bref, les sans-grades, ces hommes (forts) de l’ombre…

Denis Laujol s’inspire d’abord de la vie d’un de ces coureurs belges de l’immédiate après-guerre, Florent Mathieu, gloire boraine locale, qui fit plusieurs tours de France, et dont on inaugura la statue il y a quelques semaines sur la place de Quaregnon. Ce gars-une vraie bête- fit demi-tour au sommet du Ventoux, pour récupérer son chef d’équipe qui avait crevé,… et grimpa le col une deuxième fois. Il était sponsorisé en nature par son boucher (un steak par course), et voulait à toutes forces que ses enfants échappent à la mine. Avec porteur d’eau, on plonge dans une époque, ce qui est passionnant, et on passe avec une justesse déconcertante du particulier à l’universel…

Car le spectacle n’est pas la succession d’une série d’anecdotes nostalgiques, tendres et drôles; Denis a entamé lui-même une carrière de coureur et a remporté plusieurs courses en catégorie jeunes. Son gabarit faisait de lui probablement un porteur d’eau. Pour échapper à la prise de stimulant, il fait à 17 ans le choix du théâtre, met en scène et joue abondamment pour Michel Dezoteux , Armel Roussel, Selma Alaoui, Aurore Fattier, Antoine Laubin…

Porteur d’eau -probablement le plus personnel des spectacles de Denis- il le passe majoritairement sur un vélo monté sur des rouleaux d’entrainement, il met en scène son propre personnage, en même temps que celui de Mathieu, part sur une réflexion sur l’héroïsme, le courage, le travail et l’humilité. Réussissant la gageure de la philosophie et de l’humour, Denis fait intervenir Armstrong, Merckx et Sancho Pancha…

MAD_8233

Bioraphie de Denis Laujol

Denis Laujol est né en 1976 à Agen (France). Après s’être consacré à son autre grande passion, le cyclisme, et avoir fait quelques études d’anglais, il opte à 21 ans pour le théâtre, à Toulouse, en tant que comédien. Entré à l’Insas de Bruxelles en 1999 (en Interprétation dramatique) dans la même promotion que Nicolas Luçon et Julien Jaillot, il fonde avec eux la compagnie Ad Hominem à sa sortie de l’école en 2002. En tant qu’acteur il joue notamment sous la direction de Selma Alaoui (Anticlimax de W. Schwab), Armel Roussel (Pop ? , La Peur, à venir Après la peur), Michel Dezoteux (Richard III, l’Avare), Aurore Fattier (plusieurs pièces de Feydeau), Nicolas Luçon (L’Institut Benjamenta de R.Walser), Antoine Laubin (Dehors, à venir Il ne dansera qu’avec elle). Il crée également sous la direction de Valérie Cordy le monologue Eloge du Mauvais Geste et travaille actuellement à la création d’une “monogravie” consacrée à Florent Mathieu, cycliste du Borinage, avec Lorent Wanson. En tant que metteur en scène il crée Mars d’après Fritz Zorn au théâtre Océan Nord à Bruxelles en 2009, Le Playboy des Terres de l’Ouest, d’après J.M.Synge (théâtre de plein air) en 2011 et, Grisélidis d’après l’œuvre de Grisélidis Réal, au théâtre Les Tanneurs à Bruxelles en 2012.