Tu n’avinchras d’jamin tout seû, par Sebastien Bonnamy

Sur Quaregnon, on en dit des choses, mais tout ce qu’on nous raconte, est-ce vrai? Promenade dans les langues, les a prioris…un éloge à la débrouillardise.

auberge_boraine 26102014 13AB auberge boraine 26102014 10

Résumé

Un jeune homme, issu du Borinage, doit jouer dans un lieu-dit, un spectacle;

car oui, même s’il est borain, cet homme est comédien!

Mais tout ne va pas se passer comme prévu.

Quand il démarre de chez lui,au volant de sa BMW, il ne va pas bien loin, il tombe en panne!

A Quaregnon!

Il est natif de ce village donc il connait les gens qui pourrait le sortir de ce pétrin…

Seulement…

La convivialité du Borinage n’est pas que légendaire…

Elle existe vraiment!

Arrivera-t-il à temps pour jouer ce spectacle…?

Note d’intention

Pourquoi jouer cette pièce?

Je me suis tout d’abord posé la question suivante: « Pourquoi je veux écrire ce texte?

Parce que j’avais envie de jouer ce bout de vie, de l’offrir au public.

La facilité de ce fond, c’est que j’écrivais ce que je jouais, et que je jouais ce que j’écrivais; ce qui m’offrait donc une infinité de possibilités, d’ouvertures.

La difficulté, par contre, était de ne pas réduire cet écrit, qu’il ne soit pas uniquement destiné à une minorité.

Mais j’étais certain qu’il était nécessaire de partager ce récit qui s’intitulera « Tu n’avanch’ras djamin tou seû… » (Trad: Tu n’avanceras jamais tout seul), issu du chant de supporters du football club de Liverpool, « You never walk alone », chant devenu universel.

Pourquoi écrire sur Quaregnon?

Les discussions avec Lorent Wanson, qui m’accompagné depuis le début de cette aventure, ont été nombreuses, et même sinueuses…

Puis Lorent me dit: « Tu as une panne de voiture, à Quaregnon, et tu dois jouer un spectacle! Voilà , maintenant, écris! »

Et c’était parti!

Quaregnon, ce sont mes racines, j’y suis né, j’ai grandi à Quaregnon.

Quaregnon, c’est la mine et ses charbonnages; c’est aussi la multitude de nationalités, donc des cultures différentes, réunies dans un village du Borinage, près de Mons.

L’avantage de ce seul en scène, est qu’il peut se jouer partout; dans un bar, sur une place publique, dans un centre culturel, les possibilités sont nombreuses et très facilement adaptables.

Très peu de décor… Le décor se retrouve dans la parole.

Enfin, ce seul en scène est universel, car si ma source est Quaregnon et ses environs, chaque être peut s’identifier à ce personnage ainsi qu’à tous ceux qui gravitent autour de lui.

Pour conclure, « Tu n’avanch’ras djamin tou seû », qu’on aurait pu aussi appeler « L’éloge de la débrouillardise » (dixit Lorent Wanson) , parle à tous et à chacun d’entre nous.

Le besoin de le jouer est aussi fort que le besoin de le raconter; bref, ce spectacle est le partage d’un borain.

Biographie de Sebastien Bonnamy

Passionné de sport et de théâtre, Sébastien Bonnamy est sorti du Conservatoire Royal de Mons en 2008, de la classe de Frédéric Dussenne. Il participe à divers spectacles comme la comédie musicale «Mary Poppins», et divers cabarets. Il nterprète également des rôles dans le secteur du théâtre jeune public: «Le Hibou» de Céline Delbecq (primé au festival de Huy en 2009) ou encore «Supernova» de Catherine Daele qui a notamment été représenté au Burkina Faso et au Bénin. Enseignant l’art dramatique à l’académie de Quaregnon depuis 2008, et étant attaché à ses racines, il décide de fonder l’ école de théâtre «Les Blés d’or…» dans le Borinage, à La Maison du Peuple de Colfontaine.