Ma Pucelette, par Laura Fautré

Résumé:

« La Pucelette » est cette petite fille de 4 ans qui arpente les rues de Wasmes les lundis et mardis de Pentecôte en donnant généreusement aux citoyens un salut porte bonheur.

Comment décrire ces baisers envoyés à la foule et exploiter cette innocente pureté? Comment à travers moi, partager le souvenir d’un jour important que je n’aie jamais vécu ?

Qui est-elle, cette pucelle ? Quel âge a-t-elle aujourd’hui ? Qu’est-elle devenue après ce jour de gloire? Qu’en est-il du dragon, l’a-t-on oublié ? Peut-on avoir encore ce souvenir de ce jour où tous les citadins se tenaient à vos pieds ou bien l’âge empêche-t-il le souvenir ? Comment ne pas oublier ces policiers au garde-à-vous devant soi ? Et Gilles de Chin, a-t-il fuit, disparu après avoir rempli son devoir de sauveur auprès de l’innocence et de la pureté?

Je réponds au fur et à mesure à ces questions, par des rencontres, vieilles ou jeunes Pucelette, me racontant le souvenir de ce jour de Pentecôte, ou bien de celui qui n’a pas encore eu lieu.

Entre témoignages, photos et anecdotes, je me perds moi-même dans mes souvenirs d’enfant. Avec l’inquiétude de grandir, de changer, de repenser au passé, je me mêle à ses femmes qui comme moi, ont été un jour, une pucelle de 4 ans.

Me voyez-vous dans une robe de satin bleue couverte de broderies, d’une longue traine et ce diadème surmonté de trois belles plumes d’autruche blanches au-dessus de ma tête ?

© Julie Jaroszewski

© Julie Jaroszewski

Note d’intention :

La Pentecôte est une fête chrétienne qui commémore la venue du Saint-Esprit sur les apôtres de Jésus, cinquante jours après Pâques. Mais à Wasmes, dans le Borinage, cela veut dire beaucoup plus. En 1133 une légende raconte qu’un certain Gilles de Chin aurait délivré une petite fille de 4 ans des griffes d’un dragon. Celle-ci devient alors connue sous le nom de « PUCELETTE ». Depuis lors, à la pentecôte, cette petite est célébrée, elle détient la clé de la ville entre ses mains, devient reine d’un jour, envoie des baisers et salue son public… Mais que devient-elle après ?

Qu’est-ce que la PUCELETTE aujourd’hui ? Qui à part les Wasmois connaissent ce personnage? Le dragon du Doudou, oui, Saint George, oui, mais Gilles de Chin ? Et cette fillette de 4 ans qui aurait été sauvée des griffes du Dragon ? La légende se perd petit à petit, les gens sont de moins en moins nombreux à faire les 16 km 700, le fameux tour de Wasmes. Cette fillette de 4 ans, qui est-ce ? Ce dragon qui est-ce ? Pourrait-on faire un parallèle avec le grand méchant loup de Belgique ? Qui, lui aussi, semble aimer les grottes pour y cacher ses victimes! Dans la légende, le dragon fût tué et la petite fille libérée, et ensuite célébrée chaque année. La réalité n’est pas tout à fait la même. La légende existait avant l’affaire Dutroux, mais n’est-elle pas plus importante à raconter maintenant ?

Qu’est-ce qu’une petite fille peut comprendre de cette légende ? Est-elle vraiment consciente d’être l’icône de la pureté, de l’innocence ? Ne se prend-elle pas pour la mini miss de Wasmes ? Que veut devenir la petite fille aujourd’hui, Mini-miss, Princesse, où Pucelette? La mini-miss est à la fois cette princesse pucelle d’un soir. C’est avant tout un honneur et une fierté pour les parents, ainsi qu’un remerciement à la Vierge. Une enfant de 4 ans ne choisit pas. Quel souvenir va-t-elle garder ? A-t-elle son mot à dire ? Mon but est de répondre à ces questions, de rencontrer des anciennes ainsi que des futures Pucelettes et de récolter leurs témoignages.

La pucelle d’aujourd’hui est-elle en danger ? L’icône de la jeune fille est mis en avant par différents concours, mini-miss, beauté, chant, danse, acrobaties etc. Le monde est à la recherche de talents et la jeunesse fait partie des premières cibles. Partout valorisée, presque commercialisée, plus on est jeune et talentueux, plus les médias s’affolent, et l’honneur réel n’est pas envers l’enfant mais les parents.

Y a-t-il un lien à faire entre Pucelette et mini-miss ? Jeunesse et innocence ? Pureté et séduction ? Une fois cette fillette vieillie, elle n’est certainement plus la vedette du jour.

Biographie de Laura Fautré

C’est au cœur de la campagne belge, à travers sa culture et son folklore, au croisement des territoires francophones et germanophones, que l’imaginaire de cette jeune artiste prend racine. Après quelques années d’itinérance entre Liège, l’Allemagne et la Nouvelle Ecosse, Laura Fautré entre au Conservatoire de Mons en 2009, à l’âge de 19 ans. Elle a également joué dans “Les Bas-Fonds” de Gorki, mis en scène par Lorent Wanson au Théâtre des Martyrs (du 26 février 2015 au 04 avril 2015).